A la Une

Discours de M. Laurent Amar

Mesdames, Messieurs,

 

La situation économique et sociale de la France et de ses entreprises ne semble pas devoir s’améliorer à court terme et les derniers chiffres du chômage montrent que le nombre de demandeurs d’emploi ne cesse d’augmenter.

Cependant, les partenaires sociaux et les pouvoirs publics ne peuvent baisser les bras car ils contribueraient à amplifier le défaitisme ambiant ; cela pénaliserait la reprise économique à court terme et cantonnerait les citoyens dans une vision pessimiste de l’activité de notre région. Ensemble, partenaires sociaux, Etat et Région, doivent tout faire pour unir leurs efforts pour redresser la situation, même si cela est difficile et complexe.

 

Tout le monde sait dans cette enceinte que les principaux handicaps qui pèsent sur la réussite de notre région sont le défaut d’articulation entre les initiatives des uns et des autres et l’insuffisante association des différents acteurs à leur mise en œuvre.

 

Des projets existent et leur pertinence peut faire l’objet de débats entre nous ; c’est normal, c’est le jeu de la démocratie

 

Les articulations entre les politiques de l’Etat, de la Région et des partenaires sociaux ne sont pas naturellement recherchées, même si notre région a pris un peu d’avance dans ce domaine et j’en profite pour reconnaitre bien volontiers que c’est grâce à l’impulsion donnée par Pascale Gérard.

 

Les politiques interprofessionnelles, sectorielles et territoriales souffrent encore trop souvent de coordination insuffisante pour leur donner toutes leurs cohérences et tous leurs effets.

 

Cependant, nous progressons les uns et les autres, et je remercie l’UPAR et la CGPME de la confiance qu’ils m’ont donnée pour cette tribune accordée aux employeurs.

 

Il appartient au CREFOP de rassembler les différences et de permettre de dépasser les postures pour aller vers le progrès.

 

Je me félicite du rôle ainsi attribué aux partenaires sociaux qui se trouvent alors dans  l’obligation d’entrer dans une démarche de co-construction au niveau interprofessionnel et régional avec l’Etat et la Région. C’est leur responsabilité.

 

C’est également aux partenaires sociaux de faire en sorte que le COPAREF et le CREFOP travaillent dans une même direction, pour le bien commun.

 

C’est l’état d’esprit dans lequel je porterai au nom de la CGPME, de l’UPAR et du MEDEF les initiatives à soutenir pour construire le développement économique de notre région et des perspectives d’emploi de nos citoyens.

 

Je vous remercie de votre attention

 

Laurent AMAR

Vice-Président du CREFOP PACA

Au titre du collège des employeurs